Langue Perdue

(Triptyque multimédia)
par Lana Whiskeyjack

Un triptyque représentant George, l’oncle bien-aimé de Lana, maintenant décédé, mais dont on rappelle les souvenirs, à la fois bons et tristes qu’il a laissés en héritage; un retour sur les silences intergénérationnels, legs des pensionnats indiens; et, un effort délibéré voulant percer ces silences au moyen de la récupération du langage, des traditions et de l’identité culturelle.

pîkiskwe-parle comprend d’autres œuvres d’art créées par Lana; celles-ci reflètent l’esprit de l’installation et ses thèmes.

Lana recouvre sa langue

(Film documentaire /37 minutes)
par Beth Wishart MacKenzie

On observe l’artiste autochtone Lana Whiskeyjack au travail : elle complète une sculpture multimédia d’un visage torturé, celui de son oncle (panneau central du triptyque). Lana intitule cette pièce, Lost My Talk/Langue perdue. Cette étude d’une artiste, bien que brève, nous aide à comprendre, au moins un peu, les événements traumatisants vécus par les peuples autochtones du Canada au sein du système des pensionnats indiens, et les séquelles qui perdurent chez les enfants des survivants. Nous constatons également du parcours d’une femme pour recouvrer ce qui a été perdu : la dignité, l’identité et la voix. C’est un récit de résilience; le parcours de Lana témoigne de la force actuelle de la « façon d’être des Autochtones ».

Pendant la durée de l’Exposition, le film sera projeté en boucle tout près des œuvres d’art, de sorte à ce que les visiteurs puissent s’arrêter un petit moment, le temps d’observer le processus de création de Lana et de contempler ses œuvres.