Installation : Art et Film
Une invitation à des conversations sur la réconciliation

RÉFLEXIONS DES ARTISTES

Le 150e anniversaire de la Confédération nous offre la possibilité d’un retour sur notre passé tout en anticipant les possibilités qu’offre l’avenir.

La reconnaissance du 150e anniversaire du Canada pose un problème de taille aux peuples autochtones du Canada. Durant cette période historique, plus de 150 000 enfants des Premières Nations et des Métis et des Inuits ont fréquenté les pensionnats indiens établis pour les soutirer de l’influence culturelle de leurs parents et de leurs communautés afin de les assimiler à la société dominante canadienne.

Les effets néfastes du système des pensionnats indiens sur les survivants ont été portés au grand jour grâce au travail méticuleux de la Commission de vérité et réconciliation Canada. Celle-ci a récemment terminé son travail. Les auteurs du rapport final de cette Commission notent qu’: « il a été difficile d’en arriver à la vérité, mais qu’il sera encore plus difficile d’atteindre la réconciliation. » Ils ajoutent : « La réconciliation n’est pas un problème autochtone; c’est un problème canadien. »

pîkiskwe-parle est une invitation aux Conversations de la réconciliation par le biais de l’art : des conversations qui exploreront les effets tenaces des pensionnats indiens dans l’espoir et le but d’écrire un nouveau chapitre et de peindre une nouvelle vision des relations entre Autochtones et non-Autochtones au Canada.

New Chapter Logo
Ce projet est l’un des 200 projets exceptionnels soutenus par le programme Nouveau chapitre du Conseil des arts du Canada. Avec cet investissement de 35 M$, le Conseil des arts appuie la création et le partage des arts au cœur de nos vies et dans l’ensemble du Canada.